MIEUX PENSER

60 000 pensées par jour... pour quoi faire ?

________________________________________________________________________________

Le fonctionnement de la mémoire est, de manière centrale, marqué par le principe d'incertitude. En effet, l'oubli est en lui-même un facteur de mémorisation.

L'un de mes postulats est le suivant :

LES PENSÉES REPRÉSENTENT SOUVENT DU "BRUIT" DANS LE PROCESSUS DE MÉMORISATION GLOBAL...

... et ce bruit est donc susceptible de créer de l'incertitude. Au fond, est-il vraiment utile de penser à ce que l'on a à faire ?

Tout dépend de ce que l'on entend par penser :

  • s'il s'agit de se répéter mentalement, plusieurs fois par jour, et quasi-exclusivement avec des mots, ce qu'il ne faut pas oublier de faire... c'est plutôt contre-productif ;

  • s'il est question de ressasser des événements passés, avec des émotions négatives, c'est également non pertinent - même si c'est parfois légitime ;

  • si une méthodologie précise et ambitieuse est mise en oeuvre pour canaliser et optimiser le flux de nos pensées, alors penser à penser le moins et le mieux possible devient un fantastique levier de développement personnel.

    C'est, d'ailleurs, une démarche aujourd'hui incontournable face à la surabondance d'informations écrites, sonores, audiovisuelles, accessibles via une multitudes de sources et de supports.

    Dans le cadre d'un programme précis, je vous accompagne vers ce changement en profondeur : l'allègement quantitatif et qualitatif de votre charge mentale.